23 rue Valentin Couturier - 69004 LYON

Voir le plan d'acces

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Les difficultés pour devenir mère

Les difficultés pour devenir mère

Le 23 août 2016
« Simple » baby blues ou dépression post-partum ?



Clichés et réalité autour de la grossesse et la naissance

La grossesse et la naissance sont souvent présentées dans les magazines et dans l’imaginaire collectif comme une période épanouissante, une rencontre avec le bonheur sans nuages.

Mais attendre, puis mettre au monde un enfant provoque des remaniements importants dans le rapport de Soi à Soi, le resurgissement de souvenirs, d’émotions qui sont parfois restées jusqu’alors inconscients. Ce bouleversement psychique peut secouer fortement les défenses et parfois même les déborder. Cela peut se traduire par une période de déprime assez classique (comme le baby blues) ou par un désordre bien plus grave : la dépression post partum.

.

Dépression post partum et baby blues :

Les signes de la dépression post partum peuvent se confondre un temps avec ceux du « fameux baby blues ».

 

Le baby blues est une période d’abattement, de tristesse qui est souvent constatée (sans être systématique !), trois à quatre jours après la naissance. On l’explique fréquemment par des raisons biologiques (contre-coup de l’accouchement, modifications hormonales), ce qui est peut être une manière commode et normalisatrice pour ne pas trop s’interroger sur ce que ressent la mère !

Insomnies, sentiment de vide et de tristesse peuvent apparaître alors, le temps que s’amorcent suffisamment les nécessaires ajustements et accordages entre la mère et le bébé, la femme et son nouvel état maternel, l’amante et son conjoint…peu à peu, de façon plus ou moins aisée, l’accordage se fait ; un nouvel équilibre s’installe.

 

La dépression post partum (ou effondrement maternel)

Si le baby blues peut être considéré comme une « réaction » à l’événement de la naissance, la dépression post-partum a plutôt à voir avec un effondrement plus intime, plus profond, souvent non perçu par l’entourage. L’ajustement à la nouvelle situation « d’être mère » est difficile. Certains signes peuvent se confondre dans un premier temps avec le « baby blues », mais l’intensité et surtout la durée vont être différentes.

Il y a « effondrement psychique » avec ses conséquences pour la relation mère-bébé, pour l’équilibre de la mère et de son couple.

 

Quand et pourquoi consulter un psychologue ?

Certaines femmes suffisamment proches de leurs affects, ou chez lesquelles l’idée de devenir mère suscite des angoisses, profitent de la période de la grossesse pour consulter.

En effet, la complexité et la richesse d’un tel projet, le plus souvent celui du couple, provoquent des remaniements, des questions, des souvenirs, des inquiétudes.

Ce peut être le moment d’un travail sur Soi, un « ménage » psychique destiné à se faire du bien et à donner les meilleures conditions de venue au monde pour le bébé et ses parents.

 

Dans le cas d’une fragilité pré-existante, une attention particulière sera portée à des risques d’effondrement, avec mise en place de relais médicaux si besoin.

 

Sensibilisée en tant que psychologue à ces questions, je peux vous accompagner dans votre projet de devenir mère et au cours de votre grossesse.

( pour plus de précisions, vous pouvez consulter le site: www.maman-blues.fr)

c