23 rue Valentin Couturier - 69004 LYON

Voir le plan d'acces

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Le décrochage scolaire

Le décrochage scolaire

Le 23 août 2016
Vous êtes parent d’adolescent et avez peut être entendu parler du « décrochage scolaire. Cela pourrait-il vous concerner ?



Qu’entend –on par « décrochage scolaire » ?

Au cours du processus adolescent, le jeune s’investit dans une recherche de sens concernant ses actes et ses projets de vie, en remettant en cause les valeurs parentales et sociales.

« Sécher » un cours  peut être une forme d’expérimentation isolée, une façon de montrer son appartenance au groupe d’adolescents, en bravant les interdits.

On parlera de décrochage scolaire lorsque l’absentéisme atteint un point de non retour, et que le jeune « abdique » face à sa scolarité, « décrochant » des apprentissages mais aussi de sa vie sociale, ce qui peut parfois cacher d’un mal être profond, voire une dépression.

 

Crise d’adolescence ou risque de dépression ?

Bien souvent, le décrochage scolaire s’inscrit au départ dans un tableau plus vaste de comportements, qui font partie des tentatives de l’adolescent pour s’affirmer et se trouver, mais qui, en devenant systématiques, peuvent être signe d’une pathologie dépressive :

mise à l’écart de la vie familiale, non communication, insomnies, chute des résultats, désintérêt scolaire et absence aux cours…Attention à ne pas banaliser en pensant qu’« il /elle fait sa crise d’adolescence ».

 

Les multiples causes du décrochage scolaire

Le décrochage scolaire peut être la suite d’un parcours scolaire pénible (retard dans les apprentissages, vécu d’impuissance face aux difficultés) ou une réponse à un mal être plus profond (sentiment d’infériorité, questionnements sur la sexualité).

Il peut enfin être « réactionnel » à un événement (rupture sentimentale, deuil) ou évitement d’une situation de harcèlement. (bullying).

 

Que peut-on faire en tant que parent ?

Concernant l’absentéisme scolaire, il est important de « réagir » dés les premiers manquements, sans banaliser ni dramatiser. Généralement, cela se discute en coopération avec l’établissement.

Bien sûr, tout doit être fait dans le cadre familial pour tenter de cerner la raison et le contexte de cet absentéisme, mais cela n’est pas toujours possible si les difficultés de communication sont installées ou que les raisons profondes sont difficilement exprimables.

 

Quand et pourquoi consulter un psychologue ?

Sans attendre que ce type de désordre s’installe durablement, mais sans non plus être dans un excès d’anticipation, il peut être utile de consulter un psychologue: consulter pour soi en tant que parent/couple parental (cf « parent d’adolescent » ), ou venir avec le jeune en consultation , le psychologue favorisant la reprise de la communication.

Le jeune peut également se saisir de cette proposition pour lui-même

Il sera alors très indiqué de « lui laisser cet espace de parole» avec un professionnel « neutre ».

 

En tant que psychologue, j’ai une expérience et une formation initiales importantes concernant les problématiques liées au scolaire, complétées par des formations continues dans ce domaine (par ex : « Le processus de décrochage à l’adolescence » avril 2016).

 

c