23 rue Valentin Couturier - 69004 LYON

Voir le plan d'acces

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Crise d’angoisse, attaque de panique…d'abord contenir les effets, puis "traiter" les causes grâce à une psychothérapie.

Crise d’angoisse, attaque de panique…d'abord contenir les effets, puis "traiter" les causes grâce à une psychothérapie.

Le 20 avril 2017
S’il est urgent d’intervenir pour stopper les effets dévastateurs de l’attaque de panique (ou crise d’angoisse), il est parfois nécessaire de travailler à plus long terme sur les causes grâce à une psychothérapie

L’attaque de panique
C’est une manifestation parfois spectaculaire qui toucherait 5% de la population. Pouvant durer de quelques minutes à plusieurs heures, elle met  le corps à contribution à travers des sueurs, des tremblements, des palpitations cardiaques, des nausées…et peut aller jusqu’à la sensation d’une mort imminente. Le corps se retrouve le messager d’une angoisse profonde, non reconnue, qui ressurgit de manière non contrölable.

 

Que faire face à des crises d’angoisse récurrentes ?
On pourrait définir trois niveaux d’intervention 

- « Les premiers soins » : Lors de la crise, il est conseillé de se mettre à l’écart, au calme ; de pratiquer des respirations profondes
- « prévenir les crises » : Dans un deuxième temps, des interventions de type comportementalistes (TCC), la relaxation, le travail sur la respiration (maitrise de la manœuvre de valsalva par exemple) peuvent aider à contrôler et prévenir l’arrivée de crises potentielles.
- « Pour lâcher prise » : Enfin, une psychothérapie s’attaquant aux causes profondes peut être nécessaire  pour obtenir durablement un réel mieux être.

 

Pourquoi une psychothérapie ?
Ces manifestations d’angoisse paroxystiques sont le signe d’une fragilité psychique qui a parfois longtemps sommeillé. Elles peuvent à la fois révéler et induire l’isolement et la phobie sociale. A l’origine il y a souvent un traumatisme, enfoui, oublié. Il peut s’agir d’événements (deuil, accident, agression). Mais ceux-ci n’ont pas toujours un caractère spectaculaire, car des micros traumatismes jugés bénins dans l’enfance, donc non reconnus,  ont pu créer une fêlure discrète mais profonde.

Une psychothérapie travaillant sur l’histoire du sujet est alors indiquée.
Prendre contact: Psychologue à Lyon 4, proche de Caluire, je peux vous aider à vous défaire de ces noeuds invalidants.

 

 

 

 

 

c